top of page
Un Docteur de l'Eglise c'est quoi?
ALLO DOCTEURS1.png

Le titre de Docteur est canonique (défini par des règles du droit canon).

Il proclame l’importance extraordinaire de tel ou tel saint dans la compréhension de la doctrine de l’Église catholique.

 

Presque tous les Docteurs hommes ont réalisé une œuvre de théologie rationnelle, sur tel ou tel thème théologique.

 

Chez les docteurs femmes, brille une autre forme de doctorat, complémentaire au doctorat de l’intelligence rationnelle: c’est un doctorat "de la vie" où l’ensemble de la vie chrétienne est rendu de manière pratique, intelligible.

À ne pas confondre avec les Pères de l’Église qui rassemblent les penseurs fondamentaux datant d’avant le schisme entre catholiques et orthodoxes, dont les préceptes ne sont pas toujours officiellement admis comme juste théologiquement.

Tous les docteurs de l’Eglise sont canonisés.

On reconnaît aux Docteurs de l’Église, quatre caractères:

1- Doctrine orthodoxe sans erreur notable,

2- Vie sainte,

3- Approbation canonique de la vie et des écrits,

4- Proclamation particulière par le pape de la valeur exceptionnelle de l’enseignement.

 

 

SOURCE : Bibliothèque monastique :  http://docteurangelique.free.fr/saint_thomas_d_aquin/docteurs.html

 

QUI SONT ILS ?

 

Ce sont avant tout des SAVANTS ACCOMPLIS, des hommes et des femmes de SCIENCES et d’ETUDE.

 

Ce sont des sachants des sciences : philosophie, lettres, mathématiques, physique, arithmétique, dialectique, langues, histoire, géographie, astronomie…

 

32 hommes, dont beaucoup d’intellectuels purs, auteur de grandes avancées théologiques sur tel ou tel sujet.

Au sommet, le docteur des docteurs, saint Thomas d’Aquin, docteur sur presque tous les sujets.

 

4 femmes dont l’enseignement unifie l’intelligence et le sens pratique de manière unique :

Sainte Thérèse d’Avila,

Sainte Catherine de Sienne,

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face,

Sainte Hildegarde de Bingen.

 

Sainte Thérèse de Lisieux est "docteur de la science de l’amour"

(Jean-Paul II).

 

 

 

 

Docteurs proclamés par l'Église catholique au XIIIe siècle

En 1295, pour la première fois, un pape, Boniface VIII confère officiellement le titre de « docteur de l'Église » à quatre pères latins. L'idée consistait à élever leur célébration et commémoration liturgique au rang de celles des apôtres et évangélistes. Ce sont :

 

1 – Augustin d'Hippone (354-430), évêque.

2 – Ambroise de Milan (339-394), évêque.

3 – Jérôme de Stridon (vers 347-420), moine et traducteur de la Bible en latin (Vulgate).

4 – Grégoire Ier dit le Grand (540-604), pape.

 

Docteurs proclamés par l'Église catholique au XVIe siècle

Après le concile de Trente, en 1568, cette première liste est ouverte par le pape saint Pie V aux Pères orientaux, quatre d'entre eux étant proclamés docteurs de l'Église. Ce sont :

5 –Athanase d'Alexandrie (296-373), patriarche.

6 – Basile de Césarée, dit le Grand (330-379), évêque.

7 – Grégoire de Nazianze, dit Grégoire le Théologien (329-390), évêque.

8 – Jean Chrysostome (345-407), patriarche.

9 – Thomas d'Aquin (1225-1274), religieux dominicain, appelé « le Docteur commun », « le Docteur des docteurs » ou « le Docteur angélique », proclamation en 1568 par saint Pie V.

10 – Bonaventure de Bagnorea (1221-1274), religieux franciscain, cardinal, appelé « le Docteur séraphique », proclamation en 1586 par Sixte V.

 

Docteurs proclamés par l'Église catholique au XVIIIe siècle

À partir du XVIIIe siècle le titre sera accordé à :

11 – Anselme de Cantorbéry (1033-1109) – 1720, évêque, appelé « le Docteur magnifique ».

12 – Isidore de Séville (vers 560-636) – 1722, évêque.

13 – Pierre Chrysologue (vers 380-450) – 1729, évêque.

14 – Léon Ier dit le Grand (406-461) – 1754, pape.

 

Docteurs proclamés par l'Église catholique au XIXe siècle

15 – Pierre Damien (vers 1007-1072) – 1828, cardinal, religieux camaldule.

16 – Bernard de Clairvaux (1090-1153) – 1830, moine cistercien, appelé « le Docteur savoureux ».

17 – Hilaire de Poitiers (315-367) – 1851, évêque.

18 – Alphonse de Liguori (1696-1787) – 1871, évêque, docteur en morale.

19 – François de Sales (1567-1622) – 1877, évêque, appelé « le Docteur de l'Amour ».

20 – Cyrille d'Alexandrie (vers 380-444) – 1883, patriarche.

21 – Cyrille de Jérusalem (?-387) – 1883, patriarche.

22 – Jean Damascène (vers 675-vers 749) – 1883, moine d'Orient.

23 – Bède le Vénérable (672/3-735) – 1899, moine.

 

Docteurs proclamés par l'Église catholique au xxe siècle

24 – Éphrem le Syrien (306-373) – diacre, proclamation le 5 octobre 1920 par Benoît XV.

25 – Pierre Canisius (1521-1597) – jésuite, auteur d'un catéchisme populaire, proclamation le 21 mai 1925 par Pie XI.

26 – Jean de la Croix (1542-1591) – carme, appelé « Docteur mystique », proclamation le 24 août 1926 par Pie XI.

27 – Robert Bellarmin (1542-1621) – jésuite et cardinal, proclamation le 17 septembre 1931 par Pie XI.

28 – Albert le Grand (vers 1193-1280) – dominicain, appelé « le Docteur universel », proclamation le 16 décembre 1931 par Pie XI.

29 – Antoine de Padoue (vers 1195-1231) – franciscain, appelé « le Docteur évangélique », ou « le Marteau des hérétiques » (« Malleus hereticorum »), proclamation le 16 janvier 1946 par Pie XII.

30 – Laurent de Brindisi (1559-1619) – capucin, appelé « le Docteur apostolique », proclamation le 19 mars 1959 par Jean XXIII.

31 – Thérèse d'Avila (1515-1582) – carmélite, première femme proclamée docteur de l'Église le 27 septembre 1970 par Paul VI.

32 – Catherine de Sienne (1347-1380) – tertiaire dominicaine, proclamation le 4 octobre 1970 par Paul VI.

33 – Thérèse de Lisieux (1873-1897) ou Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face – carmélite, proclamation le 19 octobre 1997 par Jean-Paul II.

 

Docteurs proclamés par l'Église catholique au XXIe siècle

34 – Jean d'Avila (1499-1569) – prêtre espagnol - proclamation le 7 octobre 2012 par Benoît XVI.

35 – Hildegarde de Bingen (1098-1179) – religieuse bénédictine, proclamation le 7 octobre 2012 par Benoît XVI.

36 – Grégoire de Narek (951-1003) – moine, proclamation le 12 avril 2015 par François.

POURQUOI LES ETUDIER ?

En ce début du XXIème siècle, il important de trouver des réponses à la crise actuelle, dans la mesure où nous sommes influencés au quotidien par le monde où nous vivons, par l’histoire que nous avons vécue (idées des lumières, esprit du XXème siècle de révolutions) et insuffisamment reliés au spirituel ; en effet, la vertu ne peut rien contre la terreur qui gouverne dans le monde.

L’enseignement du dogme appelle à une connaissance des textes des docteurs de l’église, afin de rechercher la vérité et ne pas se tenir à l’écart de la connaissance : le catholique est un homme de foi, donc un chercheur et un apprenant. La science n’est pas son ennemi, mais au contraire elle accompagne le croyant en quête de la vérité et alors il s’interroge et cherche dans les textes de la Doctrine catholique. Elle n’a pas pour but unique de confronter des idées, mais bien de mettre à jour la vérité.

Il est essentiel que les grands fondements théologiques et doctrinaux et la tradition soient toujours vivants, car l’Eglise doit avoir du recul par rapport au monde, pour protéger le spirituel et le surnaturel afin de rester l’Eglise.

Le catholique a des certitudes, mais il ne s’en contente pas. Il porte un regard sur l’histoire et sur le mystère… Le beau et l’art sont présents pour nous interpeller, nous amener vers la compréhension du mystère (ce qui ne se conçoit pas avec notre intelligence) ; c’est ici qu’intervient l’art du vitrail :

« On pourra tenter toutes les analyses, techniques ou stylistiques, sur le vitrail, on ne rendra jamais assez compte de l'exceptionnel pouvoir de fascination que cet art monumental, en relation étroite avec l'architecture exerce sur nous. »*

Il nous appartient, en tant que laïcs, de connaître les docteurs, pour que la foi catholique soit toujours vivante dans l’amour du prochain.

 

*ALLIOU (Didier) BRISAC (Catherine) Regarder et comprendre un vitrail, Coll Jupilles, 1985

 

A QUOI SERVENT CES DOCTEURS ?

 

« L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature, mais c’est un roseau pensant » Pascal

 

Le terme de docteur de l’Eglise définit théologiens, philosophes ou écrivains ayant enrichi significativement la doctrine de l’Église tant au niveau philosophique que spirituel.

 

Saint Thomas d’Aquin et saint Bonaventure construisent la synthèse de la pensée scolastique au Moyen Age. Ils sont contemporains du roi de France saint Louis qui les invitait parfois chez lui à dîner.

"Il les invitait même quelquefois à dîner avec lui, surtout saint Thomas d’Aquin et saint Bonaventure, deux des plus excellentes lumières de l’Église, dont les pieux et savants entretiens lui donnaient une joie et une consolation merveilleuse."

Les petits bollandistes - Tome X, p. 206

La scolastique est un mouvement d’idées, issue de la tradition chrétienne, née au XIIIe siècle.

 

Ce mouvement sera à l’origine des UNIVERSITÉS notamment celle de Paris : il a pour objectif de concilier la raison (pensée philosophique) et la théologie (pensée religieuse)

La pensée scolastique est celle qui naît dans l’école (scola), ce qui la distingue de la pensée monastique.

L’école monastique était réservée aux clercs.

C’était un apprentissage de la méditation.

C’était retrouver Dieu à travers l’écriture.

La pensée scolastique, par contre, se veut une science.

Elle comporte une volonté de comprendre et de raisonner.

Cercle d'études historiques et culturelles

 

 

*

SAINTE THERESE DE LISIEUX.jpg
ST THOMAS ET ST BONAVENTURE.png
bottom of page